Tempête à Barbuda

Après notre belle journée/balade, nous allumons la VHF pour avoir la météo (Nous captons encore la Météo de la Guadeloupe). C’est un  » bulletin spécial »  : avis de vigilance, forte pluie, orage et vent à 30-35 nœuds annoncé pour les prochains jours et ce à partir de ce soir… Bien que nous aillons déjà eu des vents forts sur le mouillage dans le lagon à Cariacou, cette tempête semble bien plus sérieuse. Cependant, le mouillage vérifié, un peu de chaîne lâchée, nous sommes plutôt confiants pour la soirée. Nous avons deux voisins, qui ne semblent pas s’affairer plus que nous.

Avant de se coucher, tranquillement, nous regardons un film. Jusque là, on pourrait presque croire à une fausse alerte! Mais après quelques heures, voilà que nous sentons le vent forcir rapidement, le bateau se met à tanguer. Une grosse averse arrive ensuite, c’est clair nous sommes bien au milieu d’une tempête… Nous sommes aux aguets!  Il ne faudrait pas reculer car derrière nous il y a pas mal de corail ! Coraline allume donc le GPS et programme l’alarme de mouillage qui doit sonner si le bateau s’éloigne d’une position de référence. Après toutes ces vérifications, nous pouvons nous coucher, pourtant nous ne dormons que d’un œil, sur une seule de nos oreilles. Quelque temps après, nous sommes réveillés par un bruit sourd, fort, et étrange! A t on percuté quelque chose? Quelque chose se serait elle arrachée sur le pont??? Pas la peine de vous dire qu’en moins d’une minute, nous sommes debout, sur le pont sur le qui-vive. Finalement, nous identifions le bruit d’une vibration, cela semble venir de l’éolienne… et soudainement, cela s’arrête et tout semble à nouveau normal. Hormis le fait, qu’après observation, nous ne produisons plus d’électricité alors que l’éolienne continue à tourner. Il se pourrait qu’elle ait cassée… Aie Aie Aie, la galère!!! Mais là tout de suite, il pleut des cordes, ce n’est pas donc pas notre souci, on verra demain! Nous allons ensuite nous recoucher pour une nuit peu tranquille. Les bruits de vent fort, de la pluie violente, ainsi que de l’eau qui vient se briser sur la coque du bateau, nous empêchent de passer une bonne nuit!

Le lendemain, le ciel est gris presque noir. Il fait « froid ». Les grains s’enchainent les uns derrière les autres. Le vent souffle toujours aussi fort, à 30 nœuds et plus. en d’autres conditions, nous nous serions jetés à l’eau pour faire du kite, mais le climat ne nous en donne guère envie. Nous passons donc une journée à glander à bord : un peu de lecture, quelques films…. Un peu comme un dimanche dégueulasse d’hiver froid! C’est la première fois, qu’on pourrait presque penser qu’on s’ennuie un peu!

Notre éolienne est belle et bien HS. Nous tentons donc sous la pluie, d’arrêter ses pales, pour éviter de dégrader la situation. L’inspection générale attendra, car encore une fois il pleut des cordes!!!

La VHF reste allumée pour tenter d’avoir le bulletin météorologique, histoire de savoir si la situation va empirer?! Malheureusement, on ne capte plus rien… Nous écoutons juste un échange entre un  espagnol et un  français qui discutent de leur mouillage, de la météo, mais ce n’est pas très clair. Il semblerait que le français ait installer une deuxième ancre à l’arrière du bateau, pour sécuriser son mouillage. Il s’informe de ce qu’on fait ses voisins. Il a l’air un peu inquiet, par la nuit précédente, et la prochaine qui s’annonce plus violente…. Nous avons deux voisins, à Spanish Point, mais leur pavillon ne sont ni français, ni espagnol…La discussion doit certainement correspondre à des bateaux qui se trouvent dans une autre baie!  Nous recevons un SMS de Doudou (ma sœur bien aimée) qui nous passe le coucou. Du coup je lui demande la météo ! Elle nous confirme alors que le mauvais temps continue voir même pourrait empirer. A priori nous avons encore une mauvaise nuit à passer… Le mouillage est à nouveau bien vérifié. Bien que le vent soit violent, et le courant assez fort, nous sommes tout de même très bien ancrés. De plus l’alarme de mouillage que nous avons programmée hier, n’a pas encore sonné. Ce qui est plutôt rassurant! Pourtant, nous passerons à nouveau une nuit aux aguets à faire quelques allers retours sous la pluie battante pour vérifier que l’ancre est toujours bien accrochée…Et surtout que nos voisins le sont aussi… Il ne faudrait pas qu’en reculant, ils nous percutent!

On peut dire que le Black pearl et son équipage ont survécu à leur première tempête sans trop de difficulté.

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *