Mouillage au bout du monde

Le lendemain, le temps un peu couvert, se dégage progressivement. Le vent, lui, a baissé mais reste soutenu, bien assez pour entrevoir une intensive session de kite. Les 2 bateaux voisins partent vers un autre mouillage. Nous sommes donc seuls au milieu de ce super spot ! ! ! Nous passons la journée à faire du kite dans ce bon vent, reste de la tempête. Toujours de supers sensations même si dès fois, on se fait un peu arracher… Je commence à avoir très mal aux genoux… Heureusement l’infirmière de bord me fait un doux massage avec du vogalène. Euhh… pardon! Du voltarène…

L’échéance se rapproche, nous invités arrivent dans quelques jours à Saint Martin, il faut donc penser à faire notre sortie. Pour ce faire, nous mettons les voiles au nord de Barbuda à Low Bay. À cet endroit, un mince isthme de sable  sépare la lagune intérieure (Codrington lagoon) et la mer. Nous mouillons en face de l’endroit le plus étroit. Ce qui nous permettra de transborder notre annexe sans trop de mal dans la lagune pour rejoindre Codrington où nous ferons la douane.

Low Bay, c’est une interminable plage de plus de 10km d’un ruban de sable doré presque désert. C’est magnifique. Le vent est tombé mais Coraline qui a envie de tester le spot, prend la 12m. Moi je laisse mes genoux un peu tranquilles. Cora s’arrête rapidement énervée. Comme il n’y a pas assez de vent, elle ne peut pas évoluer aisément sur le plan d’eau, ce qui la vexe profondément… A lahlala, je dois me transformer en GO pour lui redonner le sourire…..

Nous commandons donc du vent pour le lendemain. Comme ça, le lendemain Coraline passe donc une meilleure journée !

Moi je ne résisterai pas à tirer quelques bords du côté mer: c’est encore super « glassy »

 

 

Sur ce mouillage, nous retrouvons nos 2 bateaux voisins qui ont subi la tempête. Nous croisons sur la langue de sable un couple d’Espagnols qui nous invite à l’apéro ce soir avec le troisième bateau. Ils sont partis d’Espagne depuis 6 ans ! ! ! Ça laisse rêveur… Le couple de l’autre bateau est Suisse. Eux sont partis depuis 3 ans. Au cours de la discussion, nous comprenons alors que la conversation entendue à la VHF pendant la tempête était entre eux et que c’était donc bien nos voisins que nous entendions ! Comme quoi, le pavillon n’a parfois rien à voir avec la nationalité de son équipage. En effet, pour des contraintes souvent économiques, on enregistre son bateau sous un autre pavillon.  Nous passons une très bonne soirée en leur compagnie à se raconter chacune de nos anecdotes!

Le lendemain, c’est la corvée de la douane. On parle bien de corvée, car très souvent ça prend la vie des rats, et que ça nous déleste de quelques euros! La douane et l’immigration se trouvent au village de Codrington, de l’autre côté de la lagune. Notre annexe étant petite et légère, nous la tirons facilement sur l’isthme de sable. Par contre, il faut bien 30 minutes de moteur pour traverser cette fichue lagune.

Faire la douane et l’immigration se révèle être une partie de chasse au trésor, ce qui nous permet de faire le tour du village. Nous ressentons une inactivité importante et nous nous demandons de quoi peuvent bien vivre les gens ici, si ce n’est de la pêche… Les cases sont en bois sous tôle avec de tout petits jardins créoles. Les récupérateurs d’eau de pluie sont très présents, preuve de la rareté de l’eau… Mais c’est dommage, on n’a pris aucune photo!

Les formalités effectuées, nous regagnons le bateau. Demain aux aurores, nous partons pour St Barthelemy puis Saint Martin. La traversée devrait durer quelques bonnes 12/14hrs.

Ce contenu a été publié dans Antigua Barbuda. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *