Les Grenadines de Saint Vincent – Enfin!!!

La première des îles est Union. Au XVIII et XIX siècle, mise en valeur par des colons anglais puis écossais, Union était verdoyante et très cultivée. Ensuite abandonnée, il fallu attendre la venu d’un Béké, André Beaufrand, qui acquit un terrain marécageux à l’Est du village de Clifton (la capitale). Il l’assécha pour y construire un petit aérodrome puis un hôtel résidence et l’anchorage Yatch Club juste devant. Tous les ingrédients étaient réunis pour faire de l’Anchorage, la plaque tournante du tourisme au coeur des Grenadines à quelques encablures des Tobago Cays.

Pas de temps à perdre, nous faisons la douane et l’immigration à l’aérodrome pour l’ensemble de notre séjour dans les Grenadines de Saint Vincent… Nous arrivons à 16H10 ce qui nous vaut un over fee pour 10 malheureuses minutes. Allez savoir pourquoi dans un aérodrome nous devons payer un over fee, alors que pour les personnes arrivant par avion, après 16H00, il n’y a aucune pénalité. Ce sont les mêmes douaniers et le même service d’immigration qui nous font signer les papiers que je sache….

Direction Frigate Island. Nous mouillons dans la baie de Ashton Harbour, sous le vent à proximité des terrassements du projet de marina abandonné. Notre cher Cap’tain Toff, nous a recommandé cet endroit comme un sympathique spot de kite. Le matin, nous découvrons en effet, que l’école de kite de Clifton amène ses élèves dans cette baie. Nous verrons aussi pour la première fois, le « pirate » Richard qui organise comme Toff, des croisières kite. Surprise, on capte le réseau d’une école au fond de la baie.

On a connu plus amicale au niveau de l’ambiance des kiters qui défilent sur la petite plage, où tout le monde gonfle et grée son aile. C’est à peine si les gens se saluent. Une partie du plan d’eau est lisse, très appréciable lorsqu’on veut tenter quelques figures. Laurent en profite pour perfectionner les siennes. Pour moi ce sont les premiers bords en facky. En fin d’après midi, le vent faibli, c’en est fini pour moi en 9, l’aile vient de tomber et ne semble pas vouloir redécoller…. Je dérive, en attend mon chevalier servant. C’est là que nous confirmons que notre annexe n’est vraiment pas adaptée pour le kite…. impossible de tenir debout, d’attraper l’aile en même temps pour la faire redécoller (comme le faisait mon prof Greg de Massilia Kite School à Marseille)…. Laurent s’y reprend à plusieurs fois, mais il faut se rendre à l’évidence…. Une dernière tentative en remontant dans l’annexe, me blesse légèrement. On replie donc tant bien que mal la 9m². Ca aurait quand même été plus facile avec une annexe plus stable et un bon moteur….

Le lendemain, sur la plage de « décollage », on rencontre Ushi et Marcus, un couple austro-allemand. Ils sont super sympas, parlent français couramment. Ils font du kite tous les deux, et viennent presque chaque année en vacances sur leur bateau – Un cigale de 16m (le Black Pearl en fait 10,3m). Ushi, nous peint un magnifique tableau des Tobago Cays, où Laurent rêve d’aller depuis que nous avons programmé ce voyage: un paysage extraordinaire, des tortues tout autour du bateau, une vue imprenable sur le reef, etc… bref on a trop envie d’y être. Si on se dépêche on pourra peut être même faire du kite en arrivant!  On a bien sympathisé, mais à l’heure du départ , j’oublie d’échanger nos emails… C’est dommage ce sont des gens qu’on a envie de connaitre un peu plus, car comme nous, il y a quelques années de cela, ils ont tout lâché pour profiter de la vie sur leur bateau…

Bye bye Union! A nous les Tobago!

 

 

Ce contenu a été publié dans Grenadines, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *