De la Martinique à Antigua – c’est presque du non stop!

Nous quittons St Anne le 5 avril à 11h00 pour St Pierre. Le vent souffle entre 7 et 12 nœuds. Toutes nos voiles sont dehors et nous avançons à une bonne allure (5-7 nœuds). Cette navigation est très agréable : nous tirons plusieurs bords pour passer le gros rocher du diamant au sud de la Martinique puis nous remontons vers le Nord sur un long bord. Le passage de Fort de France est rapide, car le vent forcit dans la baie. La montagne Pelée est ensuite en vue avant d’arriver enfin vers 18H à St Pierre. Le mouillage est encombré, il y a de nombreux bateaux. Les fonds sont importants, environ 7m. Nous devons donc mouiller assez près du bord mais une bonne houle déferle sur la plage. Le bateau est rapidement ancré. Nous pouvons alors apprécier le paysage. On aperçoit l’énorme montagne Pelée avec des champs de canne sur son versant. Au début du XXieme siècle, celle-ci est entrée en éruption et la totalité de la population de St Pierre périt. Le seul rescapé, un prisonnier, doit sa vie à sauve à l’épaisseur des urs de son cachot.Plusieurs ruines de monuments tels l’ancien théâtre (bâti en 1786 sur le modèle de l’opéra de Bordeaux) ou l’église du fort témoignent de la grandeur passée de cette première ville de la Martinique que l’on surnommait « le Petit Paris des Antilles ».  Les cases créoles qui bordent la plage, se trouvent à peine à une cinquantaine de mètres  de nous (ce qui signifie à 5 longueurs de bateaux de notre taille – distance assez faible tout de même). A St Pierre, les fonds remontent vite et nous sommes presque mouillés sur plage !!! Dans la nuit la houle s’accentue, et le bateau (trop près de la plage) gite beaucoup… Les vagues se forment et déferlent à une dizaine de mètres du bateau… Nous avons prévu de partir très tôt le lendemain mais si la houle grossit, nous partirons encore plus tôt ! L’équipage est aux aguets, mais la situation semble être stationnaire.

Le lendemain comme prévu, le réveil et le démarrage du moteur sont presque simultanés. Il est 4h30, il fait nuit noire et nous levons l’ancre direction La Dominique. Après 2 heures de moteur, le vent montre enfin le bout de son nez au lever du soleil vers 6h30, à l’entrée du canal. Un vent d’Est de 15-20 nœuds nous donne une très bonne vitesse de 6 à 7.5 nœuds. Nous passons la pointe Sud de la Dominique à 10 heures. Comme à chaque fois, nous remontons la côte au vent au moteur, le vent étant presque nul. Nous arrivons au mouillage de Portsmouth vers 16h30. Ces 6 longues heures au moteur (je suis toujours désespéré lorsqu’on navigue au moteur !), nous ont permis de réfléchir à la suite du programme C’est décider nous ne nous arrêtons que pour dormir en Dominique cette fois-ci. Nous y ferons une escale plus longue lors de notre descente. (il parait que c’est une île vraiment magnifique !!)

A l’arrivée, nous avons internet au mouillage ! ! Chose rare depuis que nous avons quitté Trinidad. Et ça nous manque !!!!Un rapide aperçu de la météo nous indique qu’il y a du bon vent annoncé sur Antigua & Barbuda. (Génial on va pouvoir kiter !!) Nous décidons donc d’y aller directement et de ne faire qu’une halte nocturne en Guadeloupe… En voilier, les programmes sont rarement respectés, nous sommes seuls à décider d’où nous allons pour peu que le vent soit dans le bon sens !!

Le lendemain, le vent étant plutôt faible, nous nous lançons pour notre premier envoi de GV sur ancre. On ne se débrouille pas si mal. Direction Dehaies à la pointe nord de la Guadeloupe. D’après la météo relevée hier, le vent devrait être Sud-Est : une opportunité pour sortir le spi (Pas mon chien, juste une voile que l’on peut envoyer lorsque l’allure est vent arrière et que la force de celui-ci reste assez faible.Cela permet d’avancer beaucoup plus vite et c’est confortable). Je rêve de sortir le spi depuis l’achat du bateau mais à ce jour aucune occasion ne s’est présentée !… Le lendemain on décolle à 8h30.  Vers 11h30, alors que nous arrivons à hauteur des Saintes (au sud de la Guadeloupe), le vent est seulement Est. Quand nous approchons du sud de la Guadeloupe, je dois me faire une raison, on n’a pas vu de vent Sud Est, le spi restera donc dans son sac… (Et mon brave toutou Spi à La Réunion…) La remontée de la Guadeloupe se fera ??? Bien au moteur pour varier ! Nous arrivons à Dehaies in extremis au coucher de Soleil. De nombreux bateaux sont au mouillage, mais nous trouvons une petite place. En face de nous, un bateau sponsorisé « Best Kiteborading » nous donne l’idée d’écrire à F-One (la marque de nos kites) pour nous faire sponsoriser un peu de matos. Nous aurions alors un bateau « F-one Kiteboarding » … Nous aurions pu avoir l’idée avant de partir !!!!!!

Le lendemain matin à savoir le 8 avril, on ne part guère après le lever du soleil. On profite de la pétole (vent très faible) pour prendre le petit-déj au moteur. (Dans ces moments-là, je reconnais apprécier le moteur !). Le vent se lève enfin, il souffle de travers à 10-15 nœuds, le bateau file donc à 5-6 nœuds. Nous faisons une belle et agréable traversée à une allure confortable pour vers 16h30 à Forthmouth Harbour soit une heure de moins que ce que nous avions prévu. La cadre est superbe : un lagon turquoise, une eau claire, pas mal de beaux et gros bateaux au mouillage et de la musique à fond sur la plage (c’est dimanche, c’est donc très animé, de plus demain c’est férié c’est pâques)! ! !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *