Premier mouillage: première session de kite

Cela fait une dizaine de jours que nous sommes arrivés!!!! On s’est bien reposé…. Après notre ballade sur le Mokoto et la magnifique vue de l’ensemble du Lagon, nous ne rêvons que d’une chose: faire du kite dans ce dégradé de bleu turquoise. Il faut dire que depuis les San Blas pour Laurent (début janvier 2013) et le cabo de la vela pour moi (début novembre 2012), nous n’avons pas refait de kite… Et ça nous démange…. De plus, sponsorisés par F-One, nous n’avons que du matériel neuf à bord, qui ne demande qu’à être essayé… C’est donc très frustrant de regarder nos nouvelles planches en attendant LE jour où nous pourrons rider.

kiteBonne nouvelle ce mardi 11 septembre, les gribs annoncent une semaine de vent à partir de jeudi….L’équipage est excité. Lolo insiste pour partir mouiller en face de Tarauru Roa. Les cartes satellites laissent imaginer un bel espace de jeu pour un vent de Sud – SudEst. Nous avons la trace d’un bateau copain (Sérénité) pour y arriver, donc à priori, cela devrait être facile….

Moi je suis moyennement emballée.. Pourquoi ne pas rester à Rikitéa??… En effet, la plupart de nos voisins ont insisté sur la difficulté de mouiller à certains endroits… Or pour un vent important, mouiller dans un endroit qu’on ne connait pas, par au moins 15m de fond, cernés par de nombreuses patates de corail, sans être sûrs de la tenue du sol, me parait un peu prématuré… Mais Lolo est convaincu que par vent de S-SE, nous ne pourrons pas kiter à Rikitéa….

Sérénité a levé l’ancre pour partir aux Marquises et profiter du Maramu (c’est comme ça qu’ils appellent, ici, le vent qui vient du Sud). Un appel VHF pour connaitre la force du vent au milieu du lagon avant de décider définitivement si nous levons l’ancre ou non. « 25 noeuds » nous répondent-ils.

Oulala, il y a du vent ça c’est sûr!!!! L’envie de faire à nouveau du kite est trop forte. Je me laisse donc convaincre par Lolo, et c’est parti…. Sur le chemin, nous devons quelques fois slalomer entre les bouées des fermes perlières. La route est courte (8,1 NM) et en moins de 2 heures, nous arrivons … Nous mouillons par plus de 20 noeuds de vent dans 14m de fond, cernés, comme prévu, par de nombreuses patates…. Je dois cependant reconnaitre que l’endroit vaut le détour. L’alarme GPS enclenchée, nous voilà dans l’annexe, prêts pour notre première session de kite…. Le vent étant fort, je suis en 7m², Lolo en 9m².

DSC_0044Malheureusement, nous déchantons un peu sur le spot. Le décollage n’est pas évident (du moins aujourd’hui) car la plage est minuscule. Le vent est on-shore. A moins de 100 m, il y a comme une barrière de corail qui se découvre à marée basse, ne laissant qu’un étroit chenal pour se faufiler vers l’extérieur.  DSC_0045Lolo me décolle, il devra  trouver un arbre pour se décoller tout seul… Ce qui  parait plutôt délicat vu l’espace réduit de l’aire de décollage. Je ne suis pas complètement rassurée… C’est ma première session depuis que je me suis blessée le ligament croisé en Colombie… Je n’ai aucune envie de me faire mal à nouveau… J’espère que mon atèle compensera la laxité de mon genou. J’aurais nettement préféré un spot facile sans obstacle, ou danger pour la toute première….

Encore une fois nous nous sommes trop pressés!!!! Et dans la précipitation, il y a souvent la loi de Murphy qui nous pend au nez… En moins d’une heure, je perd ma planche qui dérive trop rapidement vers les coraux… Moi aussi d’ailleurs… Il faut se rendre à l’évidence, je ne récupèrerai pas ma planche en nage tractée, par contre je vais me faire râper… Heureusement la combi ainsi que l’atèle amortissent un peu…. Et la marée n’étant pas encore complètement basse, je ne m’en tire pas trop mal… Arrivée sur la plage, Lolo (qui ne m’avait toujours pas rejoint) m’annonce le regard noir, avoir déchiré la 9 m². Normalement MON aile, toute neuve!!!! Au moment du décollage, l’aile a déventé et s’est posée sur un arbre qui l’a éventrée sur 20cm…. Il faut dire que dans l’empressement, les lignes n’avaient pas été suffisamment vérifiées… Une erreur de débutant, certes, mais qui s’explique par l’étroitesse de l’aire de décollage….

A ben bravo!!!! Tu parles d’une session inoubliable…

Et puis pour finir sur la loi de murphy, le vent se met à monter tout au long de la nuit…. Le bateau balance d’avant en arrière.. Nous voilà par 30 noeuds de vent… Tout vibre, c’est un cauchemar…. C’est comme si nous nous retrouvions à nouveau dans les conditions de la traversée (par gros temps)… Sauf, que si nous devions relever le mouillage en cas de mauvaise tenue, il nous serait impossible de repartir, à cause des nombreuses patates qui nous encerclent… Nous passons donc une nuit infernale, où il nous est presque impossible de fermer l’œil….

Quelle excellente idée que de partir mouiller par 25-30 noeuds de vent dans un mouillage qui n’est que très peu abrité…..

Heureusement le lendemain, le vent est passé plus sud et est maintenant side-shore, la marée haute recouvre de 50cm à un mètre la barrière de corail, facilitant ainsi la sortie. N’ayant plus que la 7m² (et la 12m² trop importante pour la force de vent), nous faisons une session chacun, limitant ainsi les risques au décollage…DSC_0029redim DSC_0015 redim

 

 

 

 

 

 

C’est une excellente session qui efface aussitôt les désagréments de la veille. Les sensations de glisse retrouvées nous profitons de nos nouvelles planches. Comme d’habitude, nous ne sommes pas déçus par le nouveau matériel F-One.

 

Ce contenu a été publié dans Gambier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Premier mouillage: première session de kite

  1. jp trintignac dit :

    Bisous à vous deux ! ici nous allons voir les premiers froids arriver !un peu de chaleur fait du bien bisous jp; Caro

  2. François et Maria Bárbara dit :

    Si nous comprenons bien, le paradis ça se mérite!
    Bises

  3. Le Claire nicole dit :

    QUELLE BELLE VIE !!!
    Plein de bonnes choses
    Nicole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *