De retour chez nous

Nous voilà arrivés depuis le 9/05/13…

Petit résumé rapide de notre départ qui initialement était prévu pour le 2/05/13. Il faut dire que Laurent et moi sommes toujours d’un naturel trop optimiste…. Un départ 4 jours après un mariage relevait de l’utopie la plus totale. Surtout après avoir amassé une quantité impressionnante de matériels à ramener sur le bateau….

Nous optons donc, pour un retour retardé de quelques jours, et une location de voiture… Car, ranger plus de 180kg de bagages dans la voiture de Marie-Françoise relevait également du fantasme. Les derniers jours de rangement sont éprouvants:  concentrer, à nouveau notre ancienne vie dans des cartons, nous laisse à nouveau un petit pincement au coeur… D’un autre côté, nous avons hâte de retrouver notre bateau pour voguer vers de nouvelles aventures. Nous, voilà maintenant prêts à sillonner une dernière fois les routes de France en direction de Paris, chargés comme des mules. Le soleil finit par montrer le bout de son nez lorsque, nous quittons l’Ardèche le vendredi 3 mai. Un passage rapide dans la Nièvre pour revoir la famille de Laurent, puis Paris et l’épreuve fatidique de « comment faire rentrer plus de 180kg dans 4 bagages autorisés en soute ». Dans ces nombrables kilos, nous comptons du matériel de Kitesurf ainsi que de chasse sous-marine.  Nous sommes sponsorisés par F-One ainsi que par Imersion …Toujours bercés d’illusions, nous découvrons que ce ne sont pas 4 mais 7 bagages que nous devrons enregistrer en soute, et un sac à dos chacun (rempli, ça va de soi!) en cabine…

A l’aéroport, dur dur de rétrograder en « Flying blue silver », nous n’avons plus le privilège d’accéder au salon. Peu importe, l’escale à Amsterdam est relativement courte: entre fromages et chocolats, (et donc par conséquent, quelques kilos supplémentaires…) nous avons à peine le temps de tout faire.

Le voyage est long… Bizarrement, aussi fatigués que nous soyons de ces deux mois en France, le sommeil vient difficilement.

8Hrs plus tard, nous survolons les San Blas…. On s’amuse à repérer les différentes îles que nous avons côtoyées de novembre à Janvier…L’excitation monte, nous sommes en approche…. Bientôt chez nous…..Arrivés à Panama, nous prions pour n’avoir aucun soucis avec la douane. Dans certains pays, on vous demande juste le petit papier rempli au préalable de vos éventuelles « déclarations »…. Seules certaines personnes choisies aléatoirement passent l’ensemble des bagages aux rayons X ou à la fouille…. Comme nous n’avons bien sûr rien à déclarer… (Ni saucissons ou jambon ardéchois , ni fromage, ni chocolat, ni produits japonais, ni ailes de kites neuves, ni planche de surf, ni planches de kite, ni fusils de chasse sous-marine, ni palmes masques tuba,  ni voile (trinquette) neuve, ni perche IOR, bref absolument rien, ..), nous imaginons passer discrètement (Même si cela nous parait très compliqué…. Je suis trop petite, et disparais derrière les planches, en poussant le charriot) …. Malheureusement au Panama, TOUT le monde est contraint de passer l’ensemble de ses bagages aux rayons X…. Pas de chance…. Le risque de se voir retirer certains de nos produits, ou de devoir payer les taxes locales est présent…. Nos battements de coeur s’accélère… enfin surtout les miens… imaginer passer les prochains mois sans saucissons ardéchois serait trop dur à encaisser…..  Dans certains cas, nous aurions pu essayer d’être le plus discret possible…. mais là… inutile de vous dire que nous ne comptons plus sur la discrétion mais éventuellement sur la tchatche que nous pourrions avoir…. Heureusement le douanier est sympa… Il nous demande même de l’emmener avec nous sur le bateau….A t il vraiment fait attention au contenu de chacun de nos sacs??? L’histoire ne le dit pas….

Don Juan de Gente del Mar (ceux qui nous ont gardé le bateau pendant notre absence), nous attend avec un ENORME Pickup. Il faut bien ce qu’il faut! La chaleur est harassante même en fin de journée…. Une légère brise… Des odeurs familières…. Qu’est ce que c’est bon d’être de retour…..

Don Juan nous suggère de ne pas dormir sur le bateau….Bien sûr, nous arrivons en fin d’après midi, mais le temps de sortir de l’aéroport, charger, décharger et faire quelques aller-retour du ponton au bateau pour charrier notre bordel, la nuit aura bien eu le temps de s’installer…. De plus le bateau doit être sans dessus dessous…..

Il fallait s’en douter, un rapide tour d’hôtel, près de notre zone de mouillage, à 19H,  ne nous permet pas de trouver une chambre de libre….. Dommage…. Nous aurions dû y penser et faire le nécessaire depuis la France avant le départ….. Nous, on aime bien quand les situations ne sont pas toujours si simples…

Finalement, nous reprenons le chemin de « La Playita », la marina près de laquelle nous avons mouillé le Black Pearl. La nuit est tombée, et le ponton est désert…. Heureusement, Don Juan nous prête une dinghy pour ce soir afin de pouvoir amener tout le matos, rapidement sur bateau…. Et bien nous pouvons vous assurer qu’après 2 mois à terre, même si les bonnes vieilles habitudes reviennent relativement vite, le déchargement de plus de 180Kg de bordel avec quelques petites vagues a été…. heu…. instable, laborieux, fatiguant, parfois périlleux, bref complexe.

Nous ouvrons les portes du bateau, quelque peu anxieux de l’état dans lequel nous allons le trouver… 2 mois sans une réelle aération quotidienne peut révéler quelques mauvaises surprises…..

Huuum…. L’odeur n’est pas atroce… Cela sent un peu le renfermé, certes, mais rien de alarmant…Pas de champignons apparents sur les mur… hop, une aération complète! En quelques minutes, tout est rentré dans l’ordre….Mais la surprise n’était pas d’un point de vue odeur sinon encombrement….

C’est évident, nous aurions dû emporter une photo de l’intérieur afin de nous souvenir qu’un retour nocturne ne pouvait pas la meilleure des options….. imaginez vous la scène: le pont est plein à craquer de nos 180kg…. Dans la cabine tribord, le matelas est relevé, la survie (la petite annexe d’évacuation) qui pèse à peu près 25kg, est en plein milieu… et comme si ce n’était pas suffisant quelques montagnes de fringues sont emballées et casées dans ce qu’il reste de place….

Dans le carré central, nous avons notre moteur de dinghy contre l’évier de la cuisine ainsi que le tangon du spi (plus de 3m) dans la longueur…. Les planchers sont complètement ouverts….A peine praticable….

La cabine babord n’offre guère plus de place… et l’avant du bateau… n’en parlons pas…. bref vous l’aurez compris….. Nous ne pourrons pas dormir ce soir sur notre bateau si nous ne nous armons pas de courage pour faire un premier rangement rapide… Heu pardon, un premier transfert de bordel d’une zone A à une zone B…. Il est déjà près de 20H00, nous sommes fatigués et crasseux….Mais vous savez quoi…..nous sommes heureux….. Nous sommes chez nous, prêts à vivre, à nouveau  un rêve éveillés….Nous allons bientôt traverser le pacifique…. Et puis nous sommes mariés, de surcroit sous la pluie, donc nous ne pouvons qu’avoir des jours heureux devant nous….. Et pour couronner le tout: nous avons hâte de déballer tout le matos que nos sponsors F-One et Imersion, nous ont envoyé…..

Bref, transfert de bordel, une douche (avec les quelques litres laissés, heureusement de côté avant le départ…), une soupe chinoise, et dodo… Demain sera un nouveau jour…

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans panama, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à De retour chez nous

  1. Annemarie dit :

    Liebe Coraline, lieber Laurent,
    herzlichen dank für den wunderbaren Bericht. Viel Respekt! Das ist eine große, große Unternehmung mit vielen Plänen, viel Überlegung. Aber nun geht es wohl richtig los. Wir sind gespannt, und nehmen ein wenig teil an Eurer abenteuerlichen Reise!
    Gute Fahrt, bon voyage!
    Herzliche Grüße
    Eure Annemarie und Frans

  2. Marie-annick dit :

    C’est trop dur cette vie!!!
    Vous devriez rentrer…
    Après avoir mangé le saucisson ardéchois car il ne repasserait peut-être pas la douane française!
    Ici chez nous, marinière Le Glazic et bottes en caoutchouc obligatoires… Vous choisissez.
    Bixxx
    M.A.

  3. trintignac dit :

    oui trop dure cette vie qui continue, que de stress au milieu de ce fouillis…
    et dehors sur les banquettes, trop encombrées également..
    à bientot la suite de vos aventure
    bisoussss

  4. Delphine dit :

    Soyez les Bienvenus sur votre bateau ! bon retour à vous les mariés sous la pluie et plein de bonheur à bord et ailleurs !!!!
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *