Départ des Galapagos!!!

Mercredi 7 aout: c’est le départ! Nous nous sommes donnés jusqu’à midi pour réaliser les derniers préparatifs: derniers pleins d’eau grâce à nos copains du bateau de touristes Archipel II, rangement du cockpit et du pont, stockage des fruits et légumes frais qui proviennent directement de l’agriculteur Don Troya, et puis derniers passages à terre pour les ordures et surtout pour un dernier au revoir à nos copines les otaries!!!! On a de la chance, on va partir avec le soleil…. Parce qu’on n’a pas beaucoup insisté sur le climat des Galapagos en cette saison…. Mais sachez qu’on est loin du mythe de la chaleur équatorienne…. étant dans l’hémisphère sud, les saisons sont inversées, nous sommes donc, au mois d’aout, en plein hiver…. La température de l’eau est la plus froide de l’année (un petit 20°C – ça vous l’aviez normalement lu dans l’article des requins marteaux), mais surtout tous les jours, il pleuviote, un peu comme en Bretagne…. donc autant vous dire qu’avoir un beau soleil de départ, nous ravit…. On s’était promis en sortant de la baie de mettre le bateau à la cape et de sauter au milieu des raies mantas…. L’envie ne manque pas, c’est juste la motivation de se tremper par 20°. A terre, nous ne pouvons pas nous empêcher de reprendre quelques photos des copines…. On ne se lasse jamais des otaries… On n’hésite même à en mettre une dans le dinghy et l’adopter. Le problème est qu’on ne sait pas qui, de nous trois, ne supportera plus qui, au bout d’un mois de traversée. Sur le chemin du retour vers le bateau, c’est notre dernière chance de faire un tour sur l’île Tintorera. Celle-ci n’est qu’à quelques centaines de mètres du bateau, mais fait partie du parc des Galapagos. Par conséquent, elle n’est accessible qu’en présence d’un guide autorisé….C’est un peu frustrant quand on peut y aller en dinghy facilement depuis le bateau…. Mais nous avions entendu dire que des bateaux de plaisance, en escale, s’étaient gentiment fait virer par la capitainerie suite à une escapade illicite sur l’ile de Tintoreras… Ne voulant pas prendre de risque, nous pensions tenter une approche juste avant le départ! Mais imaginez-vous que nous venons à peine de poser notre housse de dinghy qui est simplement orange fluo…. Quelle discrétion, lorsque, à midi, Lolo et Cora, dans leur dinghy orange fluo, s’approche comme si de rien n’était de l’île…. Tout est calme…Les derniers touristes sont repartis à terre en lancha ! Le ponton de l’ile est désert, du moins il en a l’air. Seule une otarie s’y dore au soleil…On s’enfonce dans la réserve…. Hummm, on devrait être les seuls….. Au moment où nous apprêtons à toucher le ponton, un guide du parc surgit de nulle part….. Et merde!!! On s’est fait repérer…. Il faut être rapide, inventer quelque chose…. Je demande:  » Oye una pregunta, porque hay un lobo en una de las lanchas qui nada con la aleta por arriba, sera que se daño?,…. » -Pourquoi, il y a une otarie sur un des bateaux à l’ancre dans la baie, qui nage sur le côté avec une nageoire en l’air? Est ce qu’elle se serait fait mal??? On voulait demander à quelqu’un au port, mais nous n’avons vu aucun guide et nous préférions être sûrs qu’elle ne se soit pas blessée???- Ce qui entre nous n’était pas complètement faux…. le guide super sympa, nous répond que les otaries aiment bien se reposer en nageant dans cette position…. On en profite alors pour poser deux trois autres questions auxquelles il répond toujours aimablement. Puis il nous informe – au cas où nous ne le saurions pas – que cette zone fait partie du parc, qu’il est donc strictement interdit d’y venir en dinghy…. Sur ce, il embarque dans un taxi boat et retourne à terre….. En clair, à quelques 10 minutes près, nous aurions trouvé une ile déserte… Maintenant, que nous avons été bien avertis par notre guide, il est impossible de faire comme si de rien n’était, attendre qu’il s’éloigne pour s’aventurer sur l’île…. Nous rentrons donc bredouille au bateau…. Nos amis Jimy et Teresa de Archipel II viennent nous dire au revoir….Archipel II c’est un gros catamaran à moteur qui propose des croisières de 7 à 10 jours dans les différentes îles de l’archipel. Ils sont nos voisins chaque mercredi ou jeudi. Depuis notre arrivée, ils nous gâtent en nous fournissant des kilos d’oranges et de pamplemousses… Ayant un dessalinisateur à bord, ils nous remplissent les réservoirs d’eau… Et pour finir, ils nous ont chaque fois rapporter des mets locales (Ceviche, tortillas, etc…) L’instant de quelques photos avec nos amis, de grignoter et nous voilà fin prêts pour le départ…. C’est parti !!! Allumage moteur….. Rien….. Deuxième essai…. Il tousse…et ….. Toujours rien Ce doit être à cause de l’eau froide… Comme le refroidissement se fait avec l’eau de mer, et que celle-ci est particulièrement froide aux Galapagos, il est souvent caractériel et refuse de démarrer aux premiers coups… Troisième essai… Il tousse à nouveau… il force…Mince une petite odeur de brulé…. Et merde alors !!! On ouvre le moteur… C’était trop beau pour être vrai… On ne va pas pouvoir partir tout de suite !!!!! Mais que peut-il bien avoir ??? Dr Lolo étudie la question ….. Vous vous rappelez qu’en arrivant aux Galapagos nous avons déploré la perte de notre éolienne…. Celle-ci permettait d’alimenter la batterie moteur….Voici donc 15 jours qu’elle ne reçoit plus d’énergie… Peut-être est-elle complètement déchargée ??…. Ce qui expliquerait ce refus au démarrage. Nous tournons donc le bouton qui permet de démarrer le moteur grâce aux batteries de service (celles-ci, alimentées par les panneaux solaires)…. Quatrième essai…. Aussi peu concluant que les précédents !!!!!! Je me vois déjà quelques jours supplémentaires aux Galapagos…. Génial !!! (entre nous cette traversée d’un mois, c’est un peu une corvée obligatoire pour pouvoir aller en Polynésie…) Alors c’est peut-être le coup de la bulle d’air qui ne s’est pas échappée du circui??t…. Petite manipulation rapide, et…. Il tousse…. On accélère un peu, il embraye… Youpi ça marche !!! Une demi-heure plus tard, le moteur ronronne…. Black Pearl lève l’ancre… Enfin pas encore…. Une dernière petite galère à l’avant avec le guindeau… Une pièce entrave la libre circulation de la chaine vers la baille à mouillage (l’endroit où se range la chaine). Elle se bloque donc autour du guindeau… Ce qui peut être dangereux pour les doigts…. Laurent remonte à la force des bras les 5 derniers mètres…. C’est marrant, sur le pont des différents bateaux au mouillage, les équipages nous saluent en nous souhaitant la bonne chance pour cette longue et intense traversée !!! ANCRE SORTIE !!!! ON EST PARTI !!!! —- This e-mail was delivered via satellite phone using GMPCS’s Speed Mail software. Please be kind and keep your replies short.

Ce contenu a été publié dans Galapagos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Départ des Galapagos!!!

  1. Martine TRINTIGNAC dit :

    coucou,

    les deux messages sont arrivés le même jour, le départ et vos mésaventures en mer
    Sauf que j’ai lu le second avant. Bref, à terre c’était plus sympa.

    On pense à vous très fort, surtout gardez le moral et bon courage..

    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *