A quai, à nouveau la vie de terrien!!!

Un mois à la marina, ça nous a fait reprendre quelques habitudes de terrien!

notre ponton

La marina de Bahia redonda est plutôt agréable. C’est la première fois que nous restons à quai et ce n’est pas déplaisant.

 

 

 

 

Le voisinage est très amical, à commencer par Micka et Elo que nous avons retrouvés et qui nous ont présenté Christine, Christian et Maëlle. Partis, comme nous, il y a 35 ans, ils ne se sont jamais arrêtés et ont maintenant quelques miles à leur actif. Ils nous font rêver avec toutes leurs histoires….Et puis, il y a Manuel notre voisin brésilien, sur le bateau duquel j’ai accouru lorsque j’ai aperçu « a bandeira do brasil »… Il a tout quitté à la suite d’un cancer, duquel il ne serait pas sorti vivant s’il avait continué le rythme de vie qu’il menait… Maintenant, il s’est recyclé en faisant du charter au Vénézuela pour les Brésiliens. Ce n’est pas le même niveau de vie, mais la santé, la tranquillité, la liberté, et le non stress remplacent aisément tout l’argent du monde.

Bernard et Béatrice sont nos voisins de ponton, le Black Pearl est à quai au cul de leur bateau. Juste à côté d’eux, Anna et Georges, un couple de retraité, âgé qui maintenant ne voyagent plus trop en bateau. Ils oscillent entre une vie de terrien dans leur appartement de la marina, et une vie de marin sur leur bateau à quai. Anna a une énergie et une bonne humeur qui font chaud au coeur! C’est intéressant, cette vie en « société ». Le temps de rentrer sur notre bateau, en passant sur notre ponton, nous croisons, tous les jours, nos différents voisins et échangeons avec eux….

Et voici José, de Transpacific, chez qui nous sommes passés presque une fois par jour. Du haut de ses quatre-vingts et quelques années, José est multi-cartes! Tantôt agence de voyage, agent maritime pour les papiers d’entrée/sortie au Venezuela, ou encore  agent de change, il offre toutes sortes de service! Nous avons même eu du vin avec lui!  Ayant fait carrière au sein du Club Med (ancien directeur Amérique latine), il n’a pas pu se résoudre au repos à la retraite… Quelle énergie et quel professionnalisme… De surcroit très marrant, nous avons passé de bons moments dans son bureau!

Pour la petite histoire, au Vénézuela, les gens travaillent avec un cours officiel, qui est donc, celui utilisé par la carte bancaire où 1euros vaut 4 bolivares environ…. Mais « en la calle », se trouve « el mercado paralelo », celui où 1euro vaut 12-13 bolivares….Il est préférable de changer chez un agent de confiance. Nous avons bien sur travaillé avec José, puisque nous pouvions verser des sommes intéressantes sur son compte européen et ainsi éviter tout retrait bancaire international.

Avec une connexion internet à laquelle nous pouvons nous connecter presque de manière illimitée, c’est fou comme on se ré-intoxique vite avec les mails, facebook et compagnie….

Nous avons également pris l’habitude des produits frais avec le marché local. Après quelques mois dans les îles de la caraïbe où les fruits, les légumes et la viande étaient relativement chères, ici, tout nous paraît si bon marché!!! Avec le change parallèle, le coût de l’alimentaire défit toute concurrence….

En arrivant sur les côtes du continent Vénézuélien, Laurent et moi rêvions d’un bon gros steack!!!! « En el mercado », c’est le paradis, plus de 200m² de viande à profusion! Toutes les coupes et toutes les sortes de viandes!!!. Pendant notre séjour, nous nous concentrons sur un stand qui connait les coupes brésiliennes et nous sort de délicieux morceaux de « picanha » !!! Miammmm!!!! Ce sera excellent pour le BBQ du mercredi soir. A la Marina, tout le monde se réunit pour le BBQ hebdomadaire. cela permet de connaître les nouveaux arrivants, de trouver des bateaux copains pour les prochaines traversées, ou tout simplement de faire de belles rencontres insolites!

Au fur et à mesure, nous avons notre petite routine et passons voir les mêmes stands.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les produits sont beaux, bons, savoureux, et se conservent même par temps chaud et humide. Vraiment de la très bonne qualité!!! ça nous change de certains endroits dans les îles….. Mais une fois trop habitués, nous allons avoir du mal à reprendre la mer, et vivre avec moins de frais!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Venezuela. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *