Nuku Hiva suite et fin des Marquises en grandes vacances

Plus question de prendre notre temps pour partir dans les Tuamotus… Maintenant que nous n’avons qu’un mois pour faire l’aller retour, chaque jour est compté…. Laurent doit remplir quelques papiers pour son futur poste… Nous resterons donc jusqu’au 15 juillet… Le bateau est prêt, nous sommes remplis de fruits et légumes….

Quelques photos des derniers jours de vacances à Nuku Hiva

Show du 11 juillet:DSC_0215show1show 3show 2

 

 

 

DSC_0019 DSC_0020DSC_0012

 

 

DSC_0014 DSC_0015

DSC_0023DSC_0025

 

 

 

 

DSC_0028

DSC_0029

DSC_0031

DSC_0033

DSC_0042 DSC_0038

 

 

 

 

 

 

 

Soirée élection Miss & Mister:

Ici on défile en plus des tenues traditionnelles en tenue végétale… Attention, il faut de la créativité, un sacré coup de main et surtout beaucoup de patience le jour J, car ces costumes sont confectionnés quelques heures avant leur utilisation!

DSC_0004 DSC_0003 DSC_0001

 

 

 

 

DSC_0033 DSC_0032

DSC_0029

DSC_0007

 

 

DSC_0023

DSC_0010

 

 

 

 

 

 

DSC_0011

Hiriata – Miss 2014

 

Défilé du 14 juillet:

Au début ça reste une célébration traditionnelle. Un hommage à la liberté du peuple…Regroupés devant le monument aux morts, toute la population s’est regroupée.

DSC_0072

DSC_0073

 

 

 

Et c’est aux couleurs du cortège, ainsi qu’aux décorations florales qu’on n’oublie pas qu’on est bel et bien en polynésie.

DSC_0109 DSC_0079

 

 

 

DSC_0161 Quelles particularités, cependant, propres aux Marquises avec le défilé des vaches, et des chevaux souvent montés à cru. DSC_0098

 

 

 

 

 

DSC_0171

DSC_0089

DSC_0166

 

 

DSC_0180 DSC_0164

 

 

 

 

 

 

DSC_0110 DSC_0085

 

 

DSC_0115

DSC_0106

DSC_0133

DSC_0169

 

DSC_0146

 

 

IMG_8661

ça y est il est temps de reprendre la mer pour notre dernière traversée avant une année scolaire…. DSC_0146

Le nouveau matos de kite  est fin prêt à être déballé!

Le compte à rebours à commencer…. Dans J-26, c’est la fin de haricots…. Retour à la vie de travailleurs!

DSC_0150

Publié dans Les Marquises | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Un commentaire

Nuku Hiva 3- Terrible nouvelle!!!!!

La rédaction s’excuse pour ce long moment d’absence….

Petit retour en arrière sur les mois écoulés… Rappelez vous le dernier post, nous revenions de France fin juin et nous retrouvions le groupe de danse de Maryse en plein spectacle sur le petit quai….

Comme promis avant le départ, nous mettons en place des répétitions pour la prestation de juillet, où nous proposerons pour la première fois à Nuku Hiva un mélange danses locales et danses latines… repet cabaretUn échange culturel commence alors…. Du axé, de la samba au reggaeton en passant par un petit cabaret, voici les 3 styles de danse que je montre aux filles… (Merci aux chorés du groupe Samba’Chic que nous avions avec les copines en France….)…. DSC_0187

DSC_0167C’est tout nouveau pour elles, et malgré leur déhanché polynésien, ce n’est pas évident d’apprendre des mouvements dont on n’a pas l’habitude……

Et c’est tout à fait réciproque…. Quelle galère pour la Cora lorsqu’on passe à la danse polynésienne….

Mais toute cette histoire repousse encore notre date de départ…. Laurent, peu motivé au début (il faut dire que les lagons bleus turquoises des Tuamotus nous attendent pour faire du kite…) est vite convaincu par les filles qui le supplient de me laisser danser…. Car la surprise pour tout le monde c’est que Hiriata la fille ainée de Maryse va porter le costume brésilien…. Donc, si prêt de costume il y a, je suis obligée de rester jusqu’au jour J et accessoirement de danser….

IMG_1881Gilles, le mari de Maryse est donc chargé d’occuper Laurent car les répétitions durent toute l’après-midi, voir la journée… Un jour de pêche, ils nous ramènent deux énormes Mahi mahi d’un bon mètre vingt avec un poulpe et d’autres nombreux poissons moins volumineux mais pas petits pour autant….

Il en profite également pour faire le tour des agriculteurs de l’île avec Georges qui travaille dans le milieu agricole en Polynésie… Piste à creuser lorsque nous serons sur Tahiti.

Plus qu’un jour avant le spectacle…

DSC_0159DSC_0161

 

 

 

 

DSC_0162 DSC_0163

 

 

 

Tandis que les costumes en tissu se finalisent, ceux en végétal se commencentDSC_0165DSC_0164

 

 

 

 

 

Et puis le jeudi 10 juillet….. Laurent reçoit un appel…. Un terrible choix doit être fait dans les prochains jours…. Ce qui devait arriver un jour, nous tombe dessus bien plus vite que ce que nous aurions imaginé… De nombreuses conséquences vont découler de cette décision…..Nous posons donc « le pour » et « le contre »… Dur dur dur!!!!

Laurent vient de recevoir une proposition d’embauche au CED (lycée professionnel agricole) en tant que professeur d’agriculture….

Le pour:

  • un salaire certain qui va tomber rapidement sans avoir à chercher un poste « incertain » à Tahiti en septembre comme c’était prévu dans le plan initial.
  • Une île qu’on commence à affectionner… des gens sympathiques auxquels on s’attache petit à petit.
  • Un endroit reculé, où la consommation effrénée du monde « civilisé » n’est pas encore complètement arrivée
  • Pleins d’endroits de baies à découvrir, car en quelques semaines où nous sommes restés, nous n’avons encore presque rien vu.
  • Une saison cyclonique à l’abri dans une zone réputée hors cyclone… Sachant que les scientifiques se disputent à déterminer si oui ou non cette année sera une année El niño réputée fortement cyclonique, quoiqu’il arrive nous serons tranquilles….

Le contre:

  • on l’a déjà si souvent répété….. Pas de kite…. Et oui les montagnes, et le fait de ne pas avoir de lagon ne se prêtent pas trop aux conditions idéales pour le kite…. On pourrait éventuellement quelques jours dans l’année trouver un baie qui pourrait s’y prêter à condition de faire abstraction des nonos de plage, des méduses bleus aux longues tentacules urticaires, et des gros requins de plus de deux mètres… Bien évidemment que nous aimons le kite, mais là ça fait beaucoup …
  • une rentrée des classes prévue pour le 11 août….. à savoir dans à peine un mois…. Ce qui veut dire: Pas de Tuamotus…. ou un aller et retour express à Fakarava… C’est un peu frustrant sachant que le cliché de la Polynésie ce sont les plages au sable blanc et les lagons turquoises de ces nombreux atolls…
  • Un poste pour Laurent Ok mais comment occuper les journées de Cora pendant une année???

Mais ce qui va finalement nous pousser à accepter cette opportunité, c’est l’enchainement de tous les évènements qui ont prolongé notre séjour à Nuku Hiva… Du mariage de Loic qui a bousculé notre retour en France, à ma participation au spectacle sans oublier le désistement de dernière minute de la personne qui allait occuper le poste qu’on propose à Laurent, ce sont beaucoup de coïncidences…. et comme à notre habitude nous allons nous laisser porter par vague qui nous a amené à rester ici…..

ça y est vous savez (pour ceux qui ne le savaient pas encore…) pourquoi nous avons pris autant de retard…. Lolo prof d’agriculture et Cocotte devenue la laitière (fabrication de yaourts faits bateau) de nuku hiva, la dure vie de travailleur a repris son cours…. Et comme pour toutes les personnes qui travaillent, nous n’avons plus le temps de prendre le temps…. nous apprécions d’autant plus ce luxe que nous avons savouré pendant deux ans et demi et ne pensons plus qu’à nos prochaines longues vacances…..

 

 

 

Publié dans Les Marquises | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Nuku Hiva 2 – Echanges dansants

Qui dit « civilisation » dit internet…. Alors nous voilà de nouveau « actifs » (enfin, du moins plus actifs) sur le net… Ici à Taiohae, nous trouvons sur le quai, le snack Vaeaki de Henri. Il propose en plus de très bons jus de fruit, pâtisseries, et plats locaux, un accès internet avec un « excellent » débit ( c’est toujours une question de relativité par rapport à un référentiel donné! Le nôtre ayant été, pendant 7 mois, celui de Mangareva, bien évidemment nous trouvons celui de Taiohae excellent!).

Henri est un Marquisien super sympa avec qui nous aimons échanger… De fil en aiguille, il apprend que je dansais dans un groupe brésilien en France et me propose de donner des cours devant chez lui… En effet, les Marquisiens sont friands de nouveauté et adorent la danse. En voilà une bonne idée…. Je ne me fais pas prier longtemps….

Malheureusement le jour J, il pleut toute la journée… Pas de chance… Je désespère d’avoir du public. Nous attendons une petite demie heure et décidons avec Henri, de reporter… J’en ai presque les larmes aux yeux… Il faut dire que je me suis préparée pendant 2-3j en sollicitant les conseils des copines (Sandrine et Dalyane), en me remémorant certaines chorées dans un espace de 1m² par houle de sud qui n’a jamais laissé le bateau à plat plus de quelques secondes…. Et puis, lorsque j’annonce à Vai la responsable du snack que nous le ferons peut être un autre jour, elle me désigne un petit groupe d’une dizaine de filles, regroupées discrètement dans un coin du snack. C’est ainsi que je rencontre Maryse pour la première fois.. Maryse qui va devenir ma grande copine de Nuku Hiva. Elle est venue avec « ses filles », comme elle dit, qui n’ont que mercredi de libre pour s’initier à d’autres danses que les locales, elles ne pourront donc pas revenir un autre jour…. Au début peu convaincue, je me dis qu’une toute petite dizaine de participants  motivé ou pas, vaut mieux que de la frustration… Et quelle agréable surprise…. Ce sont toutes des danseuses!!!!! Non seulement, elles sont motivées mais surtout elles sont douées… Les mouvements du bassin sont un peu cousins… Une heure et demie de bonne humeur, de sueur, bref que du bonheur sous une petite brume!!!!!

zumbaMaryse, à la fin du cours, nous invite ce weekend à leur représentation à la salle des fêtes, pour découvrir leurs danses polynésiennes. Mais, comme à notre grande habitude, nous partons un peu en retard du bateau, et n’avons la chance d’entrevoir que la fin du spectacle…. C’est pas grave, nous nous rattraperons sur le cours de zumba…Qui n’a pas lieu…. Apparemment la prof n’est pas là…. Je me fais enrôler pour un cours « comme chez Henri »….. Encore une fois, je ne me fais pas prier… Juste le temps d’aller chercher les musiques et c’est parti!!!! Au début un petit groupe se forme devant moi, puis au fur et à mesure toutes les personnes de la salle se mettent à danser… Même les mamies et les cuisinières qui entrent et sortent de la cuisine en fonction de la chorégraphie.

« Comme vous avez raté le spectacle, on vous invite demain à la plage, on vous fera une représentation spéciale! »…. Géniale, nous voilà dans LE cadre polynésien que chacun a déjà imaginé: la mer, le sable, les cocotiers et les vahinés les pieds dans l’eau exécutant des danses au rythme des percussions polynésiennes. DSC_0014

IMG_1778DSC_0006

 

 

 

 

Nous sommes bientôt sur le départ pour la France… En effet, en l’espace d’une nuit, nous avons décidé de rentrer pour quelques semaines histoire de revoir famille et amis, d’assister à deux mariages, de consommer nos miles qui vont expirer, et de ramener le nouveau matos de kite F-One. Mais avant, un dernier cours de danses brésiliennes/latine pour les absents des deux derniers… Cette fois-ci, le public est plus nombreux et autant motivé….

Je promets à Maryse et ses filles, qu’à notre retour je leur apprendrai une chorée de reggaeton en échange de quelques cours de danses polynésiennes….Car moi aussi je suis friande de nouveauté!!!

DSC_0001Dès notre retour fin juin, nous tombons bien… Un grand kaikai (repas) est organisé par Henri au snack pour remercier les pêcheurs d’avoir organisé la semaine dernière un kaikai… Vous l’aurez compris, aucune occasion n’est perdue aux marquises pour faire un kaikai digne de ce nom….

Laurent et moi mettons la main à la pâte. Préparation de poisson cru au lait de coco, fafaru, salade russe, langouste façon carry réunionnais, cochon grillé, poe, les plats sont nombreux, variés et en grande quantité! On passe un bon moment, on commence à connaître de plus en plus de gens sympas sur cette île… Le départ va être difficile!!!

DSC_0002

DSC_0004

 

 

 

Plus l’heure du kaikai s’approche, plus le chapiteau se remplit de gens

 

DSC_0007

DSC_0005

Et devinez qui va faire une représentation??? Le groupe de Maryse!!!DSC_0130

DSC_0049DSC_0059

 

 

 

 

 

Il fait tellement chaud, le sol est brulant, les danseuses sont alors aspergéesDSC_0118

DSC_0137 DSC_0112

 

 

 

 

 

DSC_0109 DSC_0103 DSC_0105

 

 

 

 

 

DSC_0123DSC_0017

 

 

 

 

Début juillet, nous sommes sensés lever l’ancre pour les Tuamotus dans quelques jours… Juste le temps de préparer le bateau, d’enseigner la chorée promise et nous partirons le cœur chargé encore une fois de belles rencontres….

 

Publié dans Les Marquises | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Un commentaire

Nuku Hiva, l’arrivée

Nous quittons Ua Huka vers 10H00. Nous n’avons qu’une trentaine de milles à parcourir. Le vent est faible, c’est donc  l’occasion de sortir à nouveau le spi.  Nous gardons ainsi une bonne vitesse et un bon confort à bord. Lorsque les côtes de Nuku Hiva se dessinent nous affalons le spi car le relief de l’île peut créer de fortes accélérations du vent.

Nuku Hiva est la plus grande et la plus peuplée de l’archipel des Marquises. Avec ses 330km², c’est aussi la deuxième plus grande île de la Polynésie Française.DSC_0034

A notre arrivée à la pointe de Nuku Hiva, nous passons au milieu d’énormes « bancs d’oiseau » blancs ou noirs. Ces milliers d’oiseaux, à la surface de l’eau, s’envolent à notre approche tel un nuage. « Qui dit oiseaux, dit thons, thazard, ou autres bons poissons à manger!!! » L’instinct du pêcheur qui sommeille en moi, est tout de suite réveillé, une agitation certaine m’empare alors… Courant d’avant en arrière, regardant la mer aux jumelles, je me lèche déjà les babines de ma future pêche miraculeuse !!!!!…  Le pêcheur ordonne une attaque de front en zigzaguant au milieu des oiseaux.  La capitaine entame les premiers bords, le pêcheur s’affole, il ne sait plus où donner de la tête:  » là-bas…. à tribord toute!!!!… Non.. à bas bord!!!! » La tension monte, il y a toujours des bancs d’oiseaux à perte de vue … Mais la capitaine tranche bientôt en informant le pêcheur fou : « les oiseaux se reposent… Regarde bien, ils ne sont pas en train de chasser…Ils attendent… De toute façon, ce n’est pas la bonne heure pour une pêche miraculeuse, il n’est que 16h00… » Mais le pêcheur fou tient absolument à poursuivre:  » tu es vraiment sûre??? huuum, à babôrd toute, je suis certain d’en voir plonger… » Une fois de plus, le pêcheur n’écoute pas sa capitaine. Malheureusement, elle avait bel et bien raison… Les rêves de thons fraichement pêchés s’envolent alors en fumée….. C’est une grande déception pour le pêcheur du Black Pearl.

Plus tard, nous apprendrons de source sûre (pêcheurs locaux) qu’il y a bien des thons tous les jours dans cette zone. Mais c’est à 4h00 du matin, qu’il faut espérer en attraper. Car par la suite, l’eau devient trop chaude et les thons descendent à plus de 100m de profondeur… Notre ami David qui nous rejoint un peu plus tard aura eu la même excitation que moi… Mais aussi la même déconvenue !

approche

DSC_0039En fin d’après midi, nous arrivons dans l’immense baie de Taiohae. La baie est moins escarpée que celle de Vaipaee à Ua Huka. Les montagnes sont bien vertes ponctués de quelques maisons.  Nous continuons notre approche, et là c’est le choc : pas mois de 60 voiliers au mouillage!!! On n’a pas vu ça depuis le Panama, à savoir il y a déjà un an. baie de taiohae

Mais Taiohae, c’est le village, le plus gros des Marquises avec un hôpital, une banque, un distributeur automatique de billets, des petites supérettes plus grandes qu’une chambre, un collège et un lycée…  Il y a même un bar sur le quai avec du WiFi « rapide » !

Cette « petite ville » est donc un point de passage pour presque tous les voiliers qui traversent le Pacifique. Pour nous, c’est un retour à la « civilisation » après presque une année loin d’une grande ville…

Pourtant il n’y a que 1800 habitants à Taiohae!!!!!!

 

Publié dans Les Marquises | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Ua Huka – suite et fin 3/3

La baie de Vaipaee est surnommée la baie invisible car son entrée étroite de 200m et sa forme recourbée empêchent d’en voir le fond depuis le large. Celui-ci est normalement assez calme sauf par houle de sud qui rend la baie impraticable. Elle peut même, à ce moment là, en devenir dangereuse, car les vagues peuvent déferler.

DSC_0021Nous ne trouvons malheureusement pas de grand changement à notre « berceuse marquisienne ».  Le roulis reste présent et est juste assez prononcé pour rendre le mouillage inconfortable.

Nous retrouvons nos amis Autrichiens David et Bella, rencontrés à Tahuata, sur leur petit bateau ADMETUS. Lors de leur traversée, ils ont fait une bonne pêche, un gros thazard qu’ils partagent avec nous… DSC_0027Nous leur décrivons l’arboretum et leur donnons quelques échantillons. Nous décidons d’y retourner ensemble un peu plus tard… En effet, nous n’avons pas rapporté de corossol, fruit que nous adorons avec lequel nous faisons  un sirop parfumé et désaltérant.

DSC_0020Ce dimanche à Vaipaee c’est le championnat de foot salle avec un nombre d’équipes incroyable pour une Ile de moins de 1000 habitants ! Grands/petits, hommes/femmes tout le monde est présent.

DSC_0019DSC_0018

 

 

 

 

Toujours bien agités par la houle, nous ne restons pas longtemps, Nous poursuivons  notre route vers le mouillage sauvage de la baie de Haavei, en espérant rouler un peu moins.

 

DSC_0030

La baie est extraordinaire. Au fond, une superbe plage de sable blanc et une vallée verdoyante en arrière-plan. Sur le côté, un ancien volcan avec un paysage lunaire sans aucune végétation, et une  roche dont les couleurs oscillent entre le rouges et noires. Bref un paysage tout à fait incroyable.

Derrière nous, un plateau rocheux : le motu Teuaua ou Ilot aux oiseaux  et son voisin Hemeni, semblent posé au milieu du paysage. DSC_0029

Ici, nous n’envisageons pas d’aller à terre, car les vagues qui déferlent sur la plage sont trop importantes . Nous allons donc escalader les parois escarpées de l’ilot aux oiseaux en annexe. Ce motu est le lieu de ponte de milliers de sternes. Les habitants de Ua Huka ont l’habitude de venir y recueillir les oeufs de ces oiseaux.  DSC_0028Mais il faut avant tout parvenir à accéder au plateau en se hissant par la corde qui se trouve à plus d’un mètre de haut à marée basse. Les grands et costauds étant plus avantagés, le groupe des explorateurs se scindent. Le plateau est entièrement recouvert d’oiseaux… Tous piaillent, ils n’aiment pas être perturbés. Bizarrement, nous apercevons quelques rats…. La question est: « comment ont ils bien pu arriver jusque là??? ». Du haut de l’île, la vue est imprenable… L’eau est claire, on voit facilement à 20m de fond… Ce qui nous permet de voir quelques raies manta énormes qui évoluent aux alentours.

De retour au bateau, il est temps de mettre en route la transformation de tous les fruits ramenés de l’arboretum. Au programme, confiture banane/kumquat/carambole, bananes séchées, mangues séchées et bière de mangues/kumquats…

Comme l’ilot Hemeni est réputé très poissonneux, nous partons avec David, en fin d’après midi,  pêcher à la traine. Rapidement, nous avons  une touche, mais le poisson, coriace, réussit à s’échapper au moment où nous le sortons de l’eau. Quelques minutes plus tard, nous apercevons des raies manta. Mais cette fois-ci, elles sont là par dizaine et font entre 2 et 3 m d’envergure ! Nous mettons la tête sous l’eau. Débute alors un ballet majestueux. Les raies ressemblent à des oiseaux sous marins qui battent des ailes avec une grâce divine… Curieuses, elles nagent dans notre direction et passent à moins de 2m. Parfois, elles nous évitent de justesse en faisant une pirouette !!! Et quand on tourne la tête, 2 autres sont en approche. Dès qu’elles disparaissent dans le bleu, une autre apparaît !!

C’est simplement époustouflant de voir autant de raies manta, évoluer dans les eaux azur de cette mer par 10m de profondeur. Nous rentrons, ébahis…Ce spectacle valait largement une bonne pêche !

 

Le lendemain, nous tentons avec Cora de retrouver ce banc , mais hélas, c’est  sans succès. Comme quoi il faut savoir apprécier le moment présent.

 

 

 

 

Publié dans Les Marquises | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Un commentaire

Ua Huka – activités – 2/3

IMGP1766Le 27 avril, nous fêtons nos 1 an de vie commune. Un an déjà que notre lune de miel a débuté ! Que le temps passe vite, même quand on prend son temps. Pour marquer l’événement, une sortie en bateau dans les océans du pacifique n’aurait pas été très originale… Nous optons donc pour une balade à cheval sur les hauteurs de l’île. IMGP1767

Nous passons par les plateaux asséchés, les forêts de manguiers, les forêts de pins. Depuis la crête, nous avons une vue imprenable sur les différentes baies.IMGP1769

IMGP1773

Jean-Marie notre guide

IMGP1772

 

 

 

 

IMGP1770La descente est très impressionnante: nous passons par un petit sentier de randonnée, extrêmement pentu. Les chevaux avancent doucement pas après pas. Je me rends compte qu’un cheval est bien plus « tout terrain » qu’un 4×4 ! N’ayant pas beaucoup pratiqué l’équitation, je n’aurais jamais imaginé qu’un cheval puisse passer par de tels chemins. Cora qui a un peu plus d’expérience que moi, et qui est l’amie de tout animal qu’elle rencontre, est ravie… Elle arbore un sourire jusqu’aux oreilles…. Elle est aussi très amusée de me voir avancer avec mon cheval car celui-ci semble avoir, comme moi, bon appétit et s’arrête sans arrêt pour brouter les herbes qui lui passent sous le nez…

D’un point de vue culturel, le cheval est à Ua Huka, ce que la saucisse est à Strasbourg.DSC_0084 Ici, les chevaux vivent en liberté. Ils ne sont pourtant pas complètement sauvages, puisque tous sont marqués des initiales de leur propriétaire au fer sur leur croupe. Les femelles restent généralement en liberté alors que les mâles sont utilisés pour différents travaux. Pour les locaux le cheval constitue encore un moyen de déplacement quotidien, pour aller à la chasse dans les vallées reculées ou pour transporter les noix de coco depuis la cocoteraie.

Ici les chevaux ne sont pas ferrés et les selles sont en bois!!! Des sacs de jute assurent tout de même un minimum de confort à nos petites fesses non habituées. Ua Huka est également connu comme l’ile aux chevaux. Nous avons été surpris par la beauté de cette race. De petite taille, les chevaux de Ua Huka sont gracieux, élégants avec des traits plutôt fins et un poil soyeux. Ce sont eux qui ont servi à peupler les populations équestres des différentes îles des marquises.

 

DSC_0033Une autre visite inoubliable a été celle de l’arboretum. Nous sommes accueillis par le personnel qui travaille ici depuis les années 1980 date de sa création. Au début, l’arboretum avait pour vocation de trouver de nouvelles essences, à croissance rapide, adaptées au climat local afin d’approvisionner les artisans. DSC_0018En effet, les sculpteurs sur bois réalisant de nombreuses créations, les forêts de Ua Huka commençaient petit à petit à être  décimées.

 

 

Enfant, je n’étais pas fan des parcs botaniques,  mais l’arboretum de Ua Huka c’est un parcours dans la biodiversité gustative… Nous débutons par la collection de manguiers : mangues carotte, mangues trésor… Nous faisons une pause devant chaque ligne d’arbres pour en cueillir quelques unes que nous mettons dans notre sac ou que nous dégustons sur le pouce… DSC_0014Par la suite, nous découvrons la collection d’agrumes, mélange de variétés de Corses, du Mexique et également de Polynésie. Nous poursuivons ce parcours gustatif par des dégustations de pamplemousses jaune, pamplemousses rose, pomelos, oranges, kumquats et autres citrus… DSC_0024Pour chaque espèce, il y a de nombreuses variétés avec formes, couleurs, amertumes, acidité et goût différents ! Et devant chaque arbre nos sacs se remplissent petit à petit… DSC_0025

 

Au détour d’un buisson, notre guide nous dit: « et cela vous connaissez ? » Et je découvre ahuri un énorme pied de Combava bien chargé ! Quelle aubaine!!! Nous en ramassons une bonne quantité en vue de futurs plats thaï ou d’un bon poisson cru…DSC_0017 Nous terminons enfin par des fruits de la passion, des châtaignes locales,  des pommes Cythère, des pommes étoiles et autres délicieuses caramboles… Au final nous devons avoir au moins 25kg de fruits !!!!  Pour couronner le tout, notre hôte nous propose de nous raccompagner en voiture jusqu’au bateau à quelques km d’ici ! Quelle attention, quelle gentillesse,  c‘est extraordinaire ! Il nous propose même de repasser dans quelques jours…

IMGP1765A notre arrivée sur la plage, des jeunes reviennent de leur balade en Va’a (Pirogues locales à balancier). A peine un bonjour échangé, qu’un d’eux nous dit: « eeeeeyyyyyy vous voulez du poisson ? Je viens de pêcher des bonites à la traine en pirogue ! ». Il nous apporte alors une bonite de 4kg !

Nous voilà de retour au bateau chargés d’une récolte miraculeuse mais toujours autant chahutés par la houle…  Nous décidons donc de changer de mouillage le lendemain pour aller dans la baie invisible de Vaipaee, le village principal de l’île.

Publié dans Les Marquises | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Ua huka – Hane 1/3

Le coucher de soleil approche, il est temps de lever l’ancre. Nous quittons le magnifique mouillage de Hanamoenoa en même temps que de 2 bateaux de pavillons suisse. IMGP1738Le vent est soutenu, la mer calme et les bateaux avancent vite, à 6 nœuds environ. C’est une belle traversée qui s’annonce sous un ciel étoilé. Au bout d’une heure, le Black Pearl  passe sous le vent de Hiva Oa, le moteur est donc démarré pour quelques heures. Au nord de l’île, le vent souffle à nouveau et la houle d’Est commence à bercer, de travers, le bateau. Malheureusement,  une autre petite houle de Sud, présente également, nous fera passer une nuit inconfortable.IMGP1764

Au lever de soleil, Ua Huka est en vue. IMGP1762

 

 

 

 

 

DSC_0011

Les paysages sont vertigineux, avec des massifs rocheux imposants.

 

C’est la première île du Nord que nous atteignons. Située à 23 milles à l’Est de Nuku Hiva, cette île est connue pour sa faune, sa flore et son arboretum. C’est sur Ua Huka qu’a eu lieu le dernier festival culturel (danses, artisanat, chants, etc..) des Marquises en décembre 2013.

Les principaux mouillages se trouvent au sud de l’île.

DSC_0014

Ilot Motuhane, pain de sucre

Les couleurs sont très contrastées avec des vallées verdoyantes recouvertes d’immenses cocoteraies et des plaines arides parsemées d’herbes sèches.DSC_0013

DSC_0015

 

 

 

 

Nous arrivons dans la baie de Hane au pied de falaises escarpées sur lesquelles gambade un troupeau de chèvres sauvages . DSC_0016DSC_0007L’ancre jetée, nous regardons d’un œil fatigué cette baie ouverte au sud, où nous sommes le seul voilier.

Nous observons la grande plage et les vagues qui déferlent. A la recherche de « comment débarquer? », nous remarquons un petit passage vers la plage, mais pas de ponton ! L’atterrissage est sportif… Nous partons sans le moteur, uniquement à la rame… Nous finissons par faire un petit surf mémorable qui nous amène directement sur la plage! La vague suivante remplit tout de même  l’annexe d’eau.

Notre première balade à terre, vers midi un dimanche dans ce petit village de Hane nous dépayse une fois de plus. Des maisons colorées bordent la route avec des jardins où poussent pamplemousses, bananes, mangues… Oiseaux, Chèvres, cochons, chiens et chats se baladent nonchalamment au bord de la route. Le temps semble arrêté; un calme, une tranquillité planent dans l’atmosphère.

Nous visitons le site archéologique de TEHAEVEA. De nombreux tikis (sculptures sacrées) de pierre sont perdus au milieu de cette végétation abondante.   DSC_0035  DSC_0039DSC_0038DSC_0037DSC_0036

 

 

 

 

 

 

 

Nous rencontrons au passage quelques rares habitants qui continuent de nous habituer à « l’accueil marquisien »… Nous voilà chargés d’une bonne vingtaine de pamplemousses provenant de différents pieds afin de pouvoir comparer. On nous fait également goûter  un nouveau fruit: le kava.

 

De retour à bord, nous prenons conscience que le bercement de la houle est réellement important. Nous voilà « enfin » arrivés dans les mouillages rouleurs des Marquises qui ont marqué bon nombre de navigateurs ! Pendant toute la semaine que nous passerons sur cette île, nous vivrons au quotidien  « la berceuse marquisienne » !!

 

Publié dans Les Marquises | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le Kite aux Gambier en images, dernière partie- 3/3

Et voilà la dernière partie du kite aux Gambier… Ne ratez pas le bonus à la fin du générique final…

Publié dans Gambier | Laisser un commentaire

Le kite aux Gambier en images: 2/3

Un petit retour sur les Gambier, et les belles sessions de kite que nous avons eues. Nous avons fait 3 parties, voici la deuxième!

 

kite aux Gambier -3/3 from coraline trintignac on Vimeo.

Publié dans Gambier | Laisser un commentaire

Le Kite aux Gambier en image- 1/3

Un petit retour sur les Gambier, et les belles sessions de kite que nous avons eues. Nous avons fait 3 parties, voici la première!

kite in Gambier -1/3 from coraline trintignac on Vimeo.

Publié dans Gambier | 2 commentaires